Sur la route d'Uyuni

Publié le par Jean Pierre

Ollague-Alota4Me voilà arrivé à Uyuni (Bolivie). Parti d’Ollague hier matin à 9h, je suis très vite à la frontière où je rencontre un sérieux problème. Et oui, je suis clandestin depuis mon entrée au Chili car les douaniers ont oublié de tamponner mon passeport mais après quelques palabres les choses s’arrangent et ils me tamponnent la sortie, ouf ! Pas de problème du côté Bolivien, ils me tamponnent et cela me coûte 20 Bolivianos. Me voilà donc sur la route d’Uyuni, arrêt prévu dans 34km pour un petit café mais voilà, au bout de 50km toujours rien, maudites cartes routières ! Au moment où je passe un col à 4500m d’altitude je décide de m’arrêter et de me faire des pâtes car j’ai trop faim. Heureusement les paysages font tomber ma haine. Lorsque je repars je croise deux jeunes que j’interpelle « Por favor, cuantos kilometros para San Juan ?», surpris ils me répondent « No es el camino para San Juan, pero Alota 15 kilometros *». Alors je sors la carte et la rage me prend, en effet, à la frontière Bolivienne il y avait deux routes pour Uyuni, une de chaque côté de la voir ferré, je me suis planté ! Je fais donc 50km et franchie un col de plus que ce qu’il aurait été nécessaire pour enfin aboutir, non pas à Uyuni, mais a Alota, et ceux après 85km. Je trouve une « hospedaje » pour 40 Bolivianos, la monnaie Bolivienne (soit à peu près 4 euros), que je paye en dollars car ils ne veulent pas de pesos chilien. Repas, « desayuno » et douche chaude, le paradis après une telle journée ! Il 14h en Bolivie, une heure de moins qu’au Chili, et 17h en France. Une balade dans le pueblo, quelques photos et la nuit tombe, il est 19h30. On a le droit à deux heures de lumière grâce a un groupe éléctrogène, pour moi la journée fini mieux qu’elle n’a commencée !


Alota-Uyuni3Ce matin levé à 6h30 pour le petit déjeuner à 7h. Là je tombe sur une bande de retraité français avec qui je discute. L’un d’entre eux fait l’Amérique du sud en vélo depuis le mois de novembre et ceci pour un an. Là il fait juste 3 jours dans le sud Lipez avec un groupe. Lundi nous allons essayer de se voir afin de faire un bout de route ensemble car il prend la direction de La Paz lui aussi. Puis ils partent et moi je prends la route de San Cristobal à 60km de là mais le vent me pousse ce matin et il n’y a qu’un petit col à passer. Sur la route c’est toujours aussi beau, des décors de rêve et la route est souvent coupée par des troupeaux de lamas en liberté. J’arrive à San Cristobal à 10h30, un petit tour de village, il y a internet, incroyable ! Je vais faire un tour au marché, il y a pleins de petits restos de 2m² où l’on peut manger pour 12 Bolivianos (1 euros 20 !). Il y a un bureau de change, j’en reviens pas, alors je change 10 dollars. Ensuite, je vais manger en compagnie de deux señoras, et boire une petite bière que je paye finalement 10 bolivianos soit 1 euros ! Je fais un tour sur internet afin de donner des nouvelles mais la connexion rame incroyablement, ils ont oublié d’enlevé l’ancre !


Alota-Uyuni6Il est 12h30 et je décide de repartir en direction d’Uyuni distant de 100km. Là le paysage est assez terne et rien d’intéressant ne se présente. Cependant, la route est un véritable enfer ! Pas difficile mais atroce pour mes fesses qui sont en feux ce soir, la faute a une piste qui ressemble à de la taule ondulé de 15 cm. Comme je reste deux jours à Uyuni elles vont pouvoir se reposer. J’ai trouvé un hôtel 3 étoile ici, sans rire je n’osais pas rentrer mais mon besoin d’un minimum de confort et surtout le prix m’on motivé (35 B.). Puis je suis allé au « cambio » (le change) pour échanger mes chilienos, j’ai donné quelques nouvelles sur le net, j’ai donné tout mon linge à laver pour 30 B. car il en avait vraiment trop besoin. Aller je continu le rituel du routard.

 

A toujours sur mon rêve...

 

* "S'il vous plait, combien y'a t'il de km pour San Juan?" "Ce n'est pas le chemin pour San Juan mais Alota est à 15km"

Publié dans Bolivie

Commenter cet article

Manon et alice*de l école Jules Ferry 27/05/2010 10:23


salut Jean Pierre DURAKAtu savaient que tu puer


Manon et alice*de l école Jules Ferry 27/05/2010 10:21


salu layoner tu savet que rien


Arnaud GUILLEMOT 08/02/2010 15:33


Troisième passage sur ton blog où je t'avais quitté mi-janvier au Chili pour te retrouver aujourd'hui en Bolivie !!!! La lecture de tes 3 semaines écoulées me laissent toujours aussi perplexe sur
l'incroyable périple que tu t'es donné à vivre... C'est incroyable!!! Courage à toi surtout dans les moments difficiles. Je pense souvent à toi et t'expédie plein d'ondes d'encouragement...
Merci toujours de nous faire partager tes aventures du bout du monde.
Encore courage et ... profite... profite... profite
Bon vent (toujours dans le dos).
Arnaud GUILLEMOT


Daniel Chadefaux 08/02/2010 14:25


Plusieurs fois par semaines, je viens faire une visite pour voir où vous en êtes et regarder les superbes photos de votre périple. Je constate que ce n'est pas de tout repos, mais que votre
détermination reste intacte malgré les difficultés.


Nicole'Michel 08/02/2010 10:15


merveilleux pour nous lecteurs, nous sommes a l'affut des nouvelles. , tes baisses de moral te font rebondir encore plus fort et resteront des moments inoubliables , nous savons combien tu es
volontaire et déterminé
bravo Jean Pierre bon rêve