La sortie de Santa Catarina

Publié le par Jean Pierre

Salut de Passo Torres,
 
Bara da Lagoa - Imbituba
 

Imbituba1Après trois jours sur l'ilha Santa Catarina et à Bara da lagoa, petit paradis à cette époque car pratiquement vide de touristes et baigné de soleil, je reprends la route du sud avec le soleil mais une petite fraîcheur. Le froid va commencer a se faire sentir à mesure que je vais gagner le sud. Je quitte l'est de l'île et ses petits ports pour l'ouest ou je traverse Florianopolis. Je quitte l'île en direction de Imbituba, petite station balnéaire completement deserte. Pour y arriver la route n'est pas des plus belles. Je passe de criques en criques mais reste trop éloigné de l'océan pour l'apercevoir. Je me suis rattrapé arrivé à Imbituba où des lages immenses m'attendaient. Enfin, il m'a été bien difficile de trouver de quoi me loger et me nourrir car tout était fermé (1er mai oblige j'avais oublié !)


Imbituba - Jaguaruna
 

Même profile, même style de route où les camions ne sont pas très sympatiques et passent bien près de moi. il faut dire que la route n'est pas très large et qu'il y a énormément de circulation. Jaguaruna, encore une station bien sympa et déserte. Là, même histoire que la veille (et oui nous sommes dimanche !) pour moi qui suis complétement déconnecté de l'odre des jours de la semaine. Mais je suis arrivé de bonheur ce qui m'a laissé le temps de m'adonner à ma recherche puis filer en direction de la plage (15km tout de même !). Je trouve l'endroit vierge de toute présence et d'une infinie grandeur. Le soleil est toujours présent mais la température commence à baisser, un petit 20 aujourd'hui.


Jaguaruna - Passo torres
 

Jaguaruna5Parti tôt ce matin afin de couvrir les 150km de la journée (j'évite les grandes villes qui em mettent mal à l'aise) je constate rapidement que le profil change. Les montagnes s'éloignes à ma droite et les dunes commencent à gagner à ma gauche. Moi je continu à filer, vent de dos, sur cette unique route (le reste se sont des pistes). Arrivé à Torres, un canal sépare la station en deux. D'un côté, la station touristique, énorme, faite d'un nombre incalculable d'immeubles tous plus vide les uns que les autres. De l'autre côté, un jolie petit port de pêche où je trouve un hôtel en bout de jetée. Le soleil se voile un peu mais les 2O degrès sont toujours là. Les plages sont moins grandes et certaines petites falaises font leurs apparitions.


Après la traversée du Parana puis de Santa Catarina, j'attaque la dernière région de ma redescente du Brésil, le RIo Grande do Sul à l'extrême sud.


A toujours sur mon rêve et sur la vie...

Publié dans Brésil

Commenter cet article

evaelle et floriane 27/05/2010 10:27


re coucou j adore votre musique aurevoir


evaelle et floriane 27/05/2010 10:26


re coucou je voulais vous dire (floriane) que j adore votre histoirs j espére que je pourrai vivre mon réve


evaelle et floriane 27/05/2010 10:24


salut sa vanous oui a l école JULES FERRY on parle de vous on adore vos histoirs j espére que vous reviendrai a moulin aurevoir


quentin 27/05/2010 10:21


jadore votre histoi me pasionne vous ete courageu de faire sa j espére que vous reviendrai a moulin aurevoir


evaelle et floriane 27/05/2010 10:17


bonjour ici tou va bien nous regardon votre site aurevoir