Des nouvelles de l'Altiplano

Publié le par Jean Pierre

Salut,


La montée sur El Tatio fût terrible. 20km bien pentus et en ligne droite au milieu de rien puis grosse galère, des murs terribles qui m’obligent à pousser le vélo entre 1 et 2 km parfois. Sinon c’est développement de 22*34 de rigueur et à l’arraché ! Heureusement que les paysages sont une nouvelles fois magnifique pour faire oublier le mal de dos, de jambes et le coup au moral. Et oui en ce jour je suis un peu dans le dur et je me dis « mais quel con de faire un truc pareil ! ». Au kilomètre 50, alors qu’il me restait 100m à pousser le vélo pour basculer et que j’allais faire une pause afin de réfléchir à la suite, un pick-up s’arrête à ma hauteur. Je comprends qu’il me demande ma direction et je leurs indique donc que je vais à El Tation. Là, surprise, la femme me répond en français ! C’est un couple d’Italien en vacances qui vont dans la même direction que moi alors on charge le vélo et fini la galère ! Les 35km qui me restait étaient en fait les moins dur mais je suis réconforté par notre discussion. Lui est architecte et elle guide touristique à Milan, ils m’invitent alors à m’arrêter dans leur résidence secondaire sur le lac de Côme lors d’un prochain périple. Arrivé à El Tatio nos routes se séparent car eux vont visiter le site et moi je vais m’installer dans le refuge. J’y rencontre quatre charmantes señoras qui sont là pour 10 jours, je mange donc avec elle puis je dors sur un matelas qu’elles ont la gentillesse de me prêter.

 

Lendemain matin réveil à 5h. Je déjeune avec mes voisines puis elles partent au boulot. Très vite les minibus et 4*4 arrivent, j’en trouve un qui veut bien m’emmener jusqu’au site qui se situe à 2km. Le jour se lève à peine et les fumerolles montent de concert avec les crépitements des appareils photo. Je pense que le site de jour n’offre rien d’extraordinaire mais le fait d’avoir attendu le petit matin avec ces -9° au thermomètre en fait un moment particulier. Une fois le rituel photographique effectué je trouve deux gars en 4*4 pour me remonter vers le refuge. Auparavant ils me font faire le tour du site, deux véritables guides.

 

Je rentre donc au refuge pour me boire un thé avant de repartir mais avec un changement d’itinéraire. En effet, la route de Linzor est coupée à cause d’une tempête de neige survenue deux jours plus tôt. Du coup, je redescends sur Chui-Chui par une piste incroyable qu’ils appels « route secondaire » et je finis par 30km de faux plat descendant avec un vent de face terrible qui me freine jusqu'à 10km/h. Après deux jours de folie j’arrive enfin à Chui-Chui, un petit village qui ressemble à San Pedro. J’en profite pour aller à la rivière nettoyer mes sacoches et mon vélo recouverts de sable puis je me trouve un petit logement que je marchande jusqu'à 5000 pesos au lieu de 7000. Enfin, rituel habituel et au lit.

Aujourd’hui (hier pour vous) départ à 9h de Chui-Chui. Le vent à tourné depuis hier donc au lieu de l’avoir dans le dos il est bien... de face ! Mauvais début de journée car bien sûr ça monte. En plus de cela mon arrêt prévu à San Pedro pour manger un bout est avorté car San Pedro n’est en fait qu’un simple hameau de 4 maisons. Je repars le moral atteint mais heureusement une voiture (de police) m’embarque pour quelques kilomètres. Puis je reprends du service avant qu’un nouveau pick-up me prenne en charge jusqu'à Ascotan où travaillent mes conducteurs comme mineurs. Une nouvelle désillusion m’y attend, il n’y a rien pour manger ni pour dormir, il est 13h, je repars pour Ollargue distant de 70km. Les paysages sont fabuleux mais la piste atroce, je n’avance pas, alors je m’arrête souvent pour prendre des photos. A 20km de Ollargue un camion chargé de bois me propose de l’aide. Les deux gars m’aident à monter le vélo là haut et je fini la route sur un tas de bois. Ollargue est un « pueblocito » à 3km de la frontière Bolivienne, le désert. Une gare trône bien seule au milieu de rien et surtout pour je ne sais quoi. J’y trouve tout de même une « residencial » où j’arrive à marchander, je ne sais comment, le repas du soir, l’hôtel et le désayuno (plus internet et l’eau pour demain) pour 10 000 pesos soit à peu près 13 euros. En plus ils m’offrent une bière, royale !

Pour la suite, de nouveau changement, la piste que je voulais emprunter pour Colchane est fermée donc demain je rentre en Bolivie et direction Uyuni distant de 200km. J’ai donc à nouveau 2 à 4 jours de route selon l’état de la piste et de mes jambes. Depuis mon départ c’est aujourd’hui que j’ai vécu ma première baisse de régime psychologique avec l’envie de tout plaquer sans forcément rentrer mais en continuant en car par exemple. Quand tu pars avec l’idée de t’arrêter dans un village pour te ravitailler et que celui-ci n’existe pas le moral en prend un sacré coup. Mais ce soir tout est rentré dans l’ordre et demain je serais en Bolivie où un autre monde s’ouvre à moi.

 

Aller salut et rendez vous à Uyuni dans quelques jours.

Bises, je vous aime.

 

Et bien sur, à toujours sur mon rêve...

Publié dans Chili

Commenter cet article

aurambout didier 12/02/2010 21:31


slt jean pierre je vois que tous se passent pour le mieux,bon courage pour la suite.Tu dois en prendre plein les yeux des beaux paysages.Nous pour faire du velo c'est galere il fait froid et il
neige souvent. A+++didier veronique te fait une bise


alain DUCHIER 12/02/2010 19:34


Salut "Gitan",

Deuxième passage sur ton blog depuis le 24 janvier.Que de chemin parcouru depuis cette date , chapeau bas.
Je te connaissais excellent pédaleur (palmarès oblige) ,je te découvre ,maintenant ,excellent narrateur.Alors ,ne change rien ,continue à me faire rêver sur ce blog qui commence à prendre du
volume.
A bientôt de te lire sur cette fabuleuse épopée que tu es entrain d'écrire.

ALAIN DUCHIER


gaetan faure et leo capron 11/02/2010 10:04


bonjour comme vous devez nous connaitre car on est de l'école jules ferry on vous souhaite de reussir votre reve. on espere que vous avez encore de la force.


A bientot !!!!!!


Emma et Alice 11/02/2010 09:59


Bonjour nous sommes des élèves de l'école Jules Ferry,et nous sommes a la salle multimédia à Yzatis et nous voulions vous dire un petit mot...
Nous avons suivit vos passages difficiles pendant votre parcourt alors bon courage et à bientôt!!
Emma et Alice!!!


eric collas 07/02/2010 19:21


bravo et courage !! on serait nombreux à avoir déjà renoncé avec des températures, des pourcentages et des conditions de revêtement pareils !