3 jours magnifiques, le récit...

Publié le par Jean Pierre

Cordillière2Départ de Mendoza pour Uspallata, via Villavicencio. Il y a eu un gros coup de vent cette nuit, le temps est couvert mais il fait 20 degrés, rapidement les nuages font places a un large soleil. Puis, en ce début de matinée, c’est l’entrée magistrale dans les Andes avec un début de col sur la route, au milieu d’une végétation luxuriante d’arbres et de fleurs magnifiques, puis une piste faite de cailloux et de sable qui serpente en un fort pourcentage vers les hauteurs. Le tout se déroule sous un soleil de plomb. Je fais pas moins de 45km dans ces conditions avant de passer le premier sommet à 3100m d’altitude, suivi immédiatement par une descente très raide dans ce sable qui m’empêche le contrôle parfait du vélo. Le tout est bien sûr entrecoupé de centaines d’arrêts photos. A mon arrivée a Uspallata, îlot de verdure au milieu des Andes, direction le camping puis le plein d’énergie après 110km bien difficile aujourd’hui.

 

 

Route Aconcagua 3

 


Route Aconcagua 2Lendemain, levé à 6h30, il fait 12 degrés et je suis à 2000m d’altitude. Pliage rapide du matériel et je file prendre un petit déjeuné copieux au café du coin. Hélas pour moi je tombe sur le Dakar et un monde de folie que je fuis très vite. Je quitte donc la charmante bourgade d’Uspallata pour Los Andes, de l’autre côté de la frontière. Mais avant, il me faut affronter le dernier pallier de la montée vers l’Aconcagua. Le sommet se dresse alors devant moi, majestueux, sous un soleil radieux qui rend la montée magnifique. Les paysages sont a coupés le souffle mais il faut que j’en garde un peu car je monte durant 85km et c’est long ! Cependant, je ne souffre pas de la difficulté ni du mal d’altitude, le rêve quoi ! Peut être est-ce l’Aconcagua (le plus haut sommet de la cordillère des Andes avec 6962m) qui m’attire vers son superbe dôme enneigé sans douleurs. Seuls les quatre derniers kilomètres sont réellement difficiles puis j’atteins le tunnel qui rejoint la frontière. De là, un pick-up m’emmène de l’autre côté car il est trop dangereux de tenter la traversée en vélo avec cette pénombre et ma vulnérabilité. Ensuite, je traverse la frontière sans encombres avant de m’offrir plus de 80km de glissade sur les Andes en direction de Los Andes que j’atteins tardivement, à 21h, après plus de 160km effectués.

 

 

 

Route Aconcagua 8

 

 

 

Frontière Argentino Chilienne


 

Enfin, la dernière journée est une paisible balade de 85km où je longe les Andes avant d’atteindre Santiago du Chili, la capitale, où tout a commencé il y a 20 ans. Je vais rester ici une journée afin de reposer le vélo et mon corps. J’en profiterais pour visiter la ville.

A toujours sur mon rêve...

Publié dans Argentine

Commenter cet article